L’abandon de soi

Et si nous parlions d'un abandon de soi plutôt que d'un travail sur soi ?

 

J'installe le vide intérieur. J'expérimente. Je me sépare des objets pouvant avoir une portée symbolique. Cette simplification, cet élan vers la simplicité ne doit pas être l'arbre qui cache la forêt du changement.

 

"Simplifier est une tâche de bûcheron. Ce n'est pas la tâche d'un gentil garçon ou d'une jolie petite vieille fille quelque part dans sa province. Simplifier est un travail de titan. Ça se fait à la hache. Et à la hache, on peut arriver enfin à accéder au royaume des choses très faibles, très fragiles." Christian Bobin

 

L'abandon de soi se poursuit par la déconstruction du moi. J'observe un enfant construisant méthodiquement une maison de légos. Puis, tout à coup, l'enfant détruit son édifice dans un grand éclat de rire. Je ressens un mélange de désarroi et de solidarité. Je veux l'aider à reconstruire "son château" à l'identique. Mais l'enfant a déjà détourné son attention et s'en est allé vers de nouveaux horizons.

 

La déconstruction a pour fonction de faire le vide pour laisser la place à autre chose ou à rien. Ce quelque chose ou ce rien ont la même importance ou devrais-je dire "aucune importance". La liberté est à ce prix. Je m'abandonne à moi-même, je simplifie, je fais le vide, je déconstruis encore et toujours.

 

Rémy REGINE

Site web : https://www.corpsensitif.fr/

Page Facebook : https://www.facebook.com/corpsensitif/

Écrire commentaire

Commentaires : 0